Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Archives

28 octobre 2008 2 28 /10 /octobre /2008 17:14

Aujourd'hui, j'entame une nouvelle série intelligemment intitulée "Rêves".

Ca consiste dans le fait que je vais essayer de vous retranscrire les rêves que je fais lors de mes folles nuits de voyageur.

J'en profite d'autant plus que lorsque je suis à Paris je ne me souviens quasiment jamais de mes rêves alors que quand je suis en voyage, ça pulule dans ma tête faut voir comment; justement voici le premier exemplaire.

 

 

C'est la rentrée des classes.

Je suis tel que je suis actuellement, j'ai 32 ans, la langue bien pendue rendant grâce à une tête bien pleine.

Autour de moi, des élèves de 13-14 ans, ça devrait être le première jour pour les classes de 4ème mais on est déjà en 1ère, ça doit être une classe d'enfants précoces ou quelque chose dans le genre.

Tout le monde a un cartable neuf, un nouvel agenda à la mode, une nouvelle trousse, y compris moi.

Toujours est-il que la professeur principale fait son speech introductif à l'année qui s'annonce studieuse.

Au programme, sciences naturelles, physique, chimie, mécanique cantique, rien que de très banal.

Seulement je n'ai rien à faire dans une classe de scientifiques, moi même n'étant pas issu de cette filière.

Le professeur présente son travail avec une rigueur extrème à la limite du fascisme.

Quant à moi, j'écoute sans prendre de note étant déjà bachelier depuis bien longtemps déjà.

Je me pose X questions sur ce que je fais ici.

Je suis le seul à m'en poser apparemment puisque tous les autres élèves sont bien carrés et ont déjà rempli une moitié de cahier à spirale.

A chaque fois, que le professeur s'interrompt et attend que quelqu'un pose une question, je fais des commentaires désobligeants sur ses méthodes et sur le contenu de son cours bien trop avancé pour des enfants de 13 ans qui devraient aussi prendre le temps, par exemple, de jouer au docteur.

Plus le cours avance et plus j'en rajoute, trouvant chaque fois la phrase qui déstabilise un peu plus l'oratrice.

 

Après une heure, la cloche sonne, le cours est fini.

Alors que les élèves quittent la classe, je m'approche du bureau pour demander des comptes à Kayser teacher.

En m'approchant, j'aperçois dans un coin Jean-Louis Borlo (j'ai oublié comment ça s'écrit, pardon Jean-Louis!) qui devait être là pour superviser la rentrée des classes.

Malgré sa présence, la conversation s'anime et tourne maintenant autour des cours d'éducation physique.

Jean-Louis se mèle maintenant à la conversation qui prend des allures de pugilat.

Jean-Louis dit alors quelque chose comme :

"Avant de faire du sport, contentez-vous de penser un p'tit peu et de faire se qu'on vous demande!"

- "Mais de quoi il se mèle le ministre, ça fait combien de temps que t'as pas couru un 100 mètres? Et des poids, t'en soulèves des poids hein?

 

J'aggrippe alors le bureau du professeur et le balance à la tronche de Mr Borlo.

Mais lorsque le bureau retombe sur le sol les pieds en l'air, il est plat, on jurerait qu'il n'y a personne en dessous.

Cris dans l'assistance.

-"Putain, t'as jeté un bureau sur un ministre!!" s'écrit un des élèves parmi les derniers à quitter la salle de classe.

 

Tout le monde rapplique, c'est la panique sur les trottoirs.

 

Je me jète sur le tas par terre pour retrouver Jean-Louis et alors que je soulève le bureau renversé, en dessous se trouve une tranche de saucisson, genre saucisson à l'ail.

La tranche est toute fine et à peine je la touche qu'elle commence à se déchirer en 2.

 

-"Merde, on va passer au JT, c'est pas bon, c'est pas bon!!!!" dis-je

 

Je tente alors un massage cardiaque sur cette malheureuse pièce de cochonaille, la faille s'aggrandit.

Je tente le bouche à bouche, et me réveille en sursaut.

 

 

 

 

Etonnant, non?

Allo docteur, c'est la noiraude. Je fais de droles de rêves en ce moment...

Repost 0