Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Archives

22 septembre 2008 1 22 /09 /septembre /2008 01:30
Sans domicile fixe pendant deux ans, il faut sélectionner avec minutie ce qui est important de ce qui ne l'est pas.
Chacun de ces articles devra servir régulièrement dans le voyage et se compter dans un nombre assez restreint.
C'est pas tout de dire que j'emportes un mini-bar, après faut-il encore le traîner à travers forets, montagnes, plages, villes, transports. Ca peut être très convivial mais il faut reconnaitre que c'est bien trop encombrant.

La liste ci-dessous semble être la liste idéale.
Je n'ai pas encore tout rassemblé dans les deux sacs mais ça me semble réalisable au niveau de l'encombrement et du poids, faut voir...
Justement, si tu sais que j'ai oublié un truc, tu peux peut-être me le faire remarquer tant que je suis encore là.
Si tu penses que des choses sont superflues, les commentaires seront appréciés également.


sacs : sac à dos 80 litres multipoches
            1 poncho imperméable pour protéger le sac dans les transports
            1 petit cadenas à cable pour attacher le sac
             sac à dos 20/30 litres pour le quotidien

Vêtements  
en haut : 1 parka imperméable et légère + 1 veste en polaire adaptable (3 en 1)
                1 polo léger en polaire
                1 veste zipée légère à manches longues
                1 chemise manche longue en soie légère
                1 T-shirt manches longues spécial Froid froid
                3 T-shirt manches courtes
          

en bas : 2 pantalons
               1 maillot de bain
               1 bermuda
               1 pantalon de pêcheur thaï
               1 sous-pantalon polaire
               5 caleçons
               3 paires de chaussettes hautes
               2 paires de soquettes

tête : 1 casquette

yeux : 2 paires de lunettes de vue
           2 paires de lunettes de soleil

pieds : 1 paire d'Adidas superstar
             1 paire de claquette 4x4  

Dormir : 1 sac de couchage 5°C
               1 sac à viande
               1 moustiquaire
               1 hamac
               1 oreiller gonflable

Photo : 1 appareil Panasonic TZ3 avec 2 batteries + chargeur
             1 caisson photographique étanche jusqu'à 40m + accessoires
             2 carte SD 2Go

Audio-Vidéo : 1 archos 605 160Go + écouteurs (qui font aussi office de boules Quiès)
                         1 Ipod nano 2GO (on ne sait jamais, ça pèse rien)

Blog : 1 netbook Asus eeePC 901

Trousse de toilette : savon de marseille
                                     shampoing
                                     brosse à dents et dentifrice
                                     1 coupe ongles
                                     cotons tiges
                                     mousse à raser et rasoir
                                     déodorant
                                     1 pince à épiler
                                     1 paire de ciseaux
                                     1 gant de toilette
Santé : PQ
             spray anti-moustiques
             protection solaire
             biafine
             paracétamol
             anti-diarrhée
             spray antiseptique
             pansements
             baume du tigre
             préservatifs

Divers : serviette à séchage rapide pour les plongeons dans la piscine
               pochette banane plate sous le pantalon
               lampe frontale
               porte-clés ultrason énergie solaire sensé faire fuir LA moustique
               briquets
               bougies
               1 opinel
              10 mètres de cordelette
              1 cahier
              1 bloc de papier
              crayon à papier, stylos, gomme, colle
              Truc pour faire des bulles

Documents : passeport
                        billet d'avion Paris/Istanbul
                        permis de conduire national et international
                        police d'assurance santé
                        carnet de vaccinations
                        carnet de plongée + carte PADI
                        1 carte bleue visa
           

Lecture : lonely planet - Moyent-orient
               "Sur la route" de Jack Kerouac


   MANQUE : un transfo universel, 1 multiprise
                       photos d'identité
                       corde pour fixer hamac
                       sacs hermétiques
                       miroir incassable
                       fil dentaire
                      1 montre réveil
                      micropur
                      pansements ampoules

Il en manque encore? J'ai que deux épaules vous savez !!!

Repost 0
Published by simplybrice - dans Avant le départ
commenter cet article
21 août 2008 4 21 /08 /août /2008 03:15
Ami aoutien,
être cher,
mon bras droit,
mon bras gauche,
à l'aide,
j'ai mal à ma bonne étoile,
et vlan!!

Tu n'es peut-être pas sans savoir que des évènements s'organisent de mon côté,
les oiseaux chantent et le ciel est bleu.
D'autant plus bleu quand un week end dans le maconnais est passé par là jusqu'à ce jour ( 'credi)
D'autant plus bleu quand le week-end suivant commence le jour suivant ( 'eudi)
Direction : plein nord. Destination Suède.

 

Et là on est au point où je suis sûr à 100% que vous vous dîtes : Quel enfoiré de première, demain j'arrête de lui parler!
Et vous auriez tort!!
La terre a beau tourner en rond, elle n'en est pas moins secouée.
Le soleil a beau briller de mille feux, un nuage de grêle peut toujours s'abattre au dessus de ma tronche.
Maladresse quand tu nous tiens,
Quand la gaucherie prend le pas sur le monsieur gaucher.

 

Le week-end fut idyllique, pantagruellique,
sportif, gouleillant sur le pif',
suffisamment ensoleillé pour profiter de la piscine,
dorloté par Sylvain et Stéphanie.

 

Mais le Braïce est comme l'eau sur le feu,
Perds-le des yeux et gare à la théorie du chaos,
un battement d'aile de papillon peut dérégler une machine parfaitement huilée;
ici, se doit être un papillon géant.

 

Le week-end fut au rythme des bébés, debout à 7h30 si c'est pas 7h00.
Les papas, les mamans, les matinaux; hop-hop-hop sur le pont!!!
Les Braïce sont pas exactement du matin, même du midi on ose pas trop le dire...

 

Pour le soir, ça fonctionne de la même façon.
Les papas, les mamans, les matinaux sont exténués avant le passage au lendemain.
Brice non.
C'est l'heure où la turbine fonctionne pleine bourre, que les pensées arrivent par paquets de trente, que la musique inspire.
Donc tout le week-end, quand l'avant dernier se couche, je prends possession du jardin sans pour autant me baigner,
Je me couvre pour me protéger des frimas estivaux, je prends le MP3 (nouvel archos 160Go), le casque panoramique,
de quoi fumer ( pas de commentaires ), quoi me rincer le gosier (sans alcool ),
et la fête commence.
On voit comme en plein jour car la lune irradie,
Comme ça pendant trois nuits.

 

Trois nuits? T'es pas resté quatre nuits en tout?

 

Ah si mais la quatrième...

 

Tout le monde monte se faire rejoindre par le marchand de sable un peu avant minuit.
J'ai de la marge, je suis tranquille.
J'ai tout le temps de me préparer.
Je me prépare un p'tit frichti', mets tout ce que je compte de vêtements chauds (veste à capuche, T-shirt à manches longues, polaire)
En bas, je suis en basket, chaussettes, jeans, téléphone billet de train et liste des choses à faire dans les six semaines à venir dans la poche.
Tu le vois venir...
Pas encore, alors je poursuis.
Je prends le emmepétrois, le casque itou.
Je décide de prendre l'appareil photo pour re-tester le flash et faire mumuse.
Je NE prends PAS le caisson étanche où loge l'appareil photo.
Je prends une bouteille de coca pour rincer le vin rouge bût depuis douze heures (avec des pauses).
Je suis équipé des pieds à la tête.
AVANTI!!
La nuit is mine.

 

En sortant, allumer la lumière : un spot de X mille watts.
Mais il éclaire rien, il est dans une cache, sous la maison à l'abri de la pluie.
Je le sors et m'aveugle.
36 chandelles!
Un phare collé dans mon oeil in the middle of the night.
Je vois plus rien mais je sais où les choses se passent.
Je prends quelques photos à mesure que je m'éloigne de la maison pour rejoindre mon transat.
On ne voit pas grand chose sur les photos, le flash est atone pour la maison qui est trop grande et trop loin.
Sans doute verra-t-on mieux si je prends la piscine avec la lavande qui l'entoure.
Un peu mieux mais pas top.
Si je me rapproche, ça ne devrait que s'améliorer.
En effet, le bleu est intense et chatoyant.
Peut-être devrais-je me prendre en photo devant ce bleu tropical.
Mauvaise idée, la photo n'imprime pas la piscine et le flash me piétine l'acuité visuelle à nouveau, les chandelles sont de retour.
Il est temps d'aller me poser.
Il faut se retourner, contourner la piscine sur le rebord, rejoindre la chaise et plier les genoux pour poser mes fesses.

 

Seulement de contournement il n'y eu pas...

 

Moins d'un pas plus loin que l'endroit où j'ai pris ma dernière photo, il n'y avait plus de sol où poser le pied.
Peine perdu, c'est la piscine.
Au grand jeu de la bascule, j'appelle notre nouveau candidat.
Tiens, il semble avoir les poches pleines.
C'est curieux, d'autant qu'il fait nuit, qu'il est couvert comme en octobre et que tout le monde dors du sommeil de pas-moi.
Il semble également avoir quelque chose dans la main, on dirait...
Oui, c'est un appareil photo, il n'y a aucun doute.

 

Le changement d'état d'esprit est aussi immédiat que la sensation d'humidité.
Un millième de seconde, c'est pas humide c'est mouillé.
Un millième de seconde, je ne suis pas vertical je suis horizontal.
Un millième de seconde, c'est la gravité qui fout le camp, c'est la merde!!
Un millième de seconde, c'est pas la gravité ducon, c'est la piscine!!!!
Le petit bain, tu rêves.
Les marches, laisse-moi rire.
Le grand bain, le vrai.
c'est le J.O dans le jardin et tout le monde dort!!!!!
Au programme, sauve ce qui peut être sauvé.
Ma peau, pas mal, quoi d'autre.
Le MP3, trop tard, quoi d'autre?
L'appareil photo, il est au bout de mon bras à l'extérieur de l'eau, quelqu'un a dû activer un programme d'urgence.
Il faut donc sauver l'appareil qui est au bout de mon bras qui est à l'extérieur.
Ca vaut le coup de nager vite.
Phelps arrive.
La technique : la brasse à une main.
Le chrono escompté : record de Bourgogne.
Arrête de refléchir, brasse!!
Donne-moi ta meilleure grenouille!!!
Un mouvement, ça marche pas!!
Un deuxième, je commence à bouger mais il faut se rendre à l'évidence, j'ai pris trente kilos!!
Troisième, quatrième, cinquième, je touche le bord.
Sixième, touchdown, je pose l'appareil photo.
Accélère bordel!!! Maintenant remonte!!!!
Allez gros sac, remue ta flotte!!
Ho-hissse je m'extirpe, tout autour n'est que floc-floc.
Moi-même ne suis que flaque.
Il fait pas chaud, je suis à trente mètres de la maison, tout le monde ronfle.
L'attaque a duré moins de trente secondes.
Le squat' jardin a fait long feu si j'ose dire.
Retour à la maison, mais pas DANS la maison, je suis une éponge géante.
Quoi ensuite, dessapage ou inventaire?
Allez, les deux! Vite, vite!!
La veste et la polaire en moins, je gagne 25 kilos.
Les baskets en moins, je gagne les boulets de 3 kilos noués à mes pieds.
Mes chaussettes font plus penser à des gants de toilette.
Le pantalons en moins, je perds le lecteur MP3.
Je suis en caleçon t-shirt mouillés et le bouche à bouche n'y changera rien.
Tiens, quoi t'est-ce?
FUUUUUCK, le portable...
L'agence immobilière doit me rappeler dans une dizaine d'heures, meeeeerde...
Tiens quoi t'est-ce d'autres?
Oh my god, mes poches sont pleines comme des sacs à main!
Et mes fringues sont coulantes à souhait; je suis en calebute.
Trop éberlué pour avoir froid, il faut essorer, essuyer tout le bordel.
Seulement tordre la panoplie complète du kiffeur des jardins (bientôt chez vous...) prend du temps. Et puis ça parait simple, je tords, ça coule en dessous. Facile quoi.
Mais après un quart d'heure, ça a l'air de rien mais ça ruine les bras, allez-y pour voir!?!
Seule lueur d'espoir dans la nuit, l'appareil photo est sain et sauf.
Ca tombe bien sa garantie n'est plus garantie.
Pour l'Archos, une aventure relativement similaire a déjà eu lieu à Madagascar (sic) et l'Ipod avait été remplacé.

 

Le seul problème, c'est le portable.
Ma carte SIM fonctionne mais le téléphone est décédé.
C'est là que si tu as été jusqu'au bout, j'ai besoin de ton aide...
Un bon nageur est un nageur qui laisse son portable au vestiaire, ça va j'ai compris, ça n'arrivera plus.
Si tu as un tiroir avec pleins de trucs qui servent à rien dedans, si ce tiroir est riche d'un téléphone non utilisé et utilisable, appelle-moi.
Ou non, envoie-moi un e-mail plutôt.
C'est assez urgent car je vais en avoir une grande utilité mais pas très urgent car je suis à Gotheborg jusqu'à mercredi prochain.
Cela dit, si tu pouvais te manifester assez vite, ça m'enlèverait un poids. Un de plus.


Comme tu le vois donc, les préparatifs suivent le rythme des marées.
Je gère à mort et j'ai une patate d'enfer.
Les choses sérieuses reprendront la semaine prochaine.
Enfin sérieuses...

 

Vous vous souvenez quand je vous parlais de démission, j'en rigole mais c'est pas drôle. Nos chers banquiers ont décidé en toute conscience de renvoyer votre rédacteur. Si en fait j'en rigole, vite fait et après c'est promis, je m'y remets!

 

 

 

Repost 0
Published by simplybrice - dans Avant le départ
commenter cet article
6 juillet 2008 7 06 /07 /juillet /2008 16:21
Salut à tous!

Le monde enchanté de simplybrice a l'immense honneur de vous faire part d'une nouvelle sensationnelle.

Depuis quelques jours, c'est décidé, je vire ma cuti, je fais mon coming-out, je sors du placart par la grande porte, celle de la Bank of Tokyo-Mitsubishi UFJ Ltd (bien prononcer toutes les lettres). Je reprends mon souffle, deux secondes...

Bien qu'ayant été déclaré apte au travail ce matin par la médecine (véridique), force est de constater que l'environnement bancaire, japonais de surcroit, aussi intéressant, émancipateur, créatif, ludique soit-il, est à peu près aussi digeste qu'une bonne soupe aux clous.
Je sais, c'est une surprise; m'a pris à contre-pied.
Car pour moi aussi c'est une surprise, moi qui me suis identifié à mon travail jusqu'à le personnifier en l'appelant par son p'tit nom (Banky, mon meilleur ami), qui a distribué des dizaines de milliers de cartes de visite dans tous les congrès d'assureurs et banquiers même le week-end, qui a longtemps milité pour la défiscalisation des heures supplémentaires étant le premier à en faire allant jusqu'à dormir sur place, qui me suis malgré tout privé de sommeil et de nourriture pour parfaire mon rendement, qui a décrédibilisé l'ensemble de mes collègues afin de mieux gravir les marches de l'ascenseur social en voiture de fonction, pour moi qui suis l'employé du moi version costume-cravatte avec l'attaché-case assorti.

C'est donc la sortie de route, l'illumination après sept années de pénitence.

Comme s'évertue à le hurler l'adage : "l'herbe est plus verte ailleurs"; et c'est à noter, après mon passage elle repousse; pas comme pour ce prétentieux d'Attila! Mais revenons à nos moutons...

Bank Wars episode 1 (NDLR : prononcer one) : The Embauche
Bank Wars episode 2 : The Monde-du-Travail Strikes back
Bank Wars episode 3 : The Demission

Et là vous allez m'dire : "Il reste un cratère! Qu'est ce qui se passe après, j'en tremble!!"

Et bien, une fois entonnée la célèbre ritournelle "au revoir président" en fa bémol, le champ des possibilités est si vaste qu'en faire la récolte serait une vaine tentative tant le champ est fertile.
En effet, l'écureuil que je suis a emmagasiné assez de noisettes pour que la fourmi devienne cigale (que la chenille devienne papillon si on veut être un poil lyrique).
Point dans mes intentions de rechausser les skis et redescendre dans la foulée la piste des recherches d'emploi en empruntant le télésiège ANPE juste derrière les assedics à gauche.
Non.  Non!  Non!!!!!!    NOOOOONNNNNNNNNNNN!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Suis... dans le métro...  peux plus...  respirer...  il doit bien...  y avoir un méde...  méde... méde... médecin de mes deux dans le...  métro...
Je suis pas mort et tous font déjà des têtes d'enterrement, vive le métro, vive la joie de vive!
Vite... de... de l'air...
A moi, forces de la nature!!
Synchronisation des montres!!
Eeeeeeetttttttt TELEPORTATION!!!!!!!!! Accroche-toi Mc Fly!!!

Direction : Le Monde.

Pas le quotidien, MON quotidien à la rencontre du hasard, des bazars, du bizarre tout au long d'un périlleux périple qui à vue de périscope peut nous emmener loin-loin dans le temps puisque pouvant durer deux ans (mais qui peut prévoir? hein qui?), à la rencontre des gentils gentils, en évitant les méchants méchants.
Bibi ne part pas en voyage d'affaire mais en voyage tout court, tout long étant plus approprié dans le cas précis, autour du monde, sa maison sur le dos, et (dans mes rêves) les cheveux en bataille tel un fier destrier.

C'est pourquoi vous êtes cordialement invités à vous connecter à mon PUTAIN de BLOG!!

www.afleurdeterre.over-blog.com

Je dis "putain" sous le coup de l'excitation mais aussi parce que rien que de vous y inviter prend des proportions insoupçonnées aussi insoupçonné que le tepms que je vais passer sur le dit-putain-de-blog. Et que donc si la lecture d'un texte tortueux mais rigolo vous rebute au point de ne pouvoir être physiquement capable de le lire, vous vous exposez à de terribles représailles executées par mes futurs amis syriens, cambodgiens, philippins, néo-zélandais, guatémaltèques, ou équatoriens, j'en passe et des pires.
Alors méfiez-vous et lisez mon blog avec assiduité...

Sur ces douces menaces, je vous laisse vous reposez les yeux, vous l'avez bien mérité!
D'autant que rien ne presse, je ne pars qu'en septembre, le 30.
C'est ça; après aout....

Veuillez recevoir, mademoiselle, madame, monsieur, l'expression de mes sentiments distingués et bancaires.

Ou bien, Yippi-kaï les potossss, faites-moi vite un bise, quatre bises, un chest-bump, ou au moins donnez m'en cinq avant le départ.

Si j'ai pas mes bises, je vais avoir le cafard et c'est con, mais je préfère les bises.

Et puis, faites passer le message.
Sortez couvert.
Moi il faut que je trouve une parka en arrivant à Katmandou.
Trop dur de pas sortir couvert là-bas!


PS : un profil sur Skype aide au rapprochement des peuples connectés
PPS : j'aimerais bien avoir les dates d'anniversaire de tout le monde, il est jamais trop tard pour bien faire, les adresses aussi tant qu'on y est, et pis les portefeuilles et les clés de bagnole!! Vite, vite!!!!
PPS : Pedro, mon herbier!!
PPS : Anna and Charlie, sorry that you don't speak french
PPPS : if anyone is willing and patient enough to translate this page, or any page actually, I would sculpt his entire body, full scale, in bronze material as a sign of my gratitude as soon as I start learning to.
PPPPS : If you want to contact me (no touching though), you can find my e-mail adress on my facebook profile.

Repost 0
Published by simplybrice - dans Avant le départ
commenter cet article
27 juin 2008 5 27 /06 /juin /2008 00:19
Des premières lignes sur un blog, c'est que quelque chose se prépare... Quelqu'un a envie de partager quelque chose...
Vous pourriez penser être entretenus de la recette de la fougasse aux olives, du classement des poissons si on établit un coefficient poids/puissance en milieu fluvial, ou de la meilleure façon de marcher; mais non, ça ne tiendrait personne hors d'haleine pendant plus de dix minutes. Pas moi en tout cas ( encore que, p'têt le truc avec les poissons j'dis pas).
Il va en fait s'agir de vous narrer  mon périple en terrain lointain.
Je suis en effet en train d'échaffauder les fondements de la base des fondations d'un voyage qui va nécessiter au moins ça!
Le point de départ : Paris
Le point d'arrivée : Paris
-Bonjour le voyage, me direz-vous! Pas la peine de faire un blog pour dire à tout le monde que tu prends le périf!!!!
Même un SMS c'est limite. Pourquoi pas un fax pendant que tu y es...
-Mais laissez-moi finir! Laissez tomber la rocade, et replongez-vous dans vos atlas; révisez les continents, les méridiens, les fuseaux horaires et tout le tremblement.
Là où Paris rejoint Paris, c'est 18 - 20 mois plus tard; ça fait une sacrée faille dans l'espace-temps.
Surtout imagine que 50.000 kilomètres séparent ces villes si semblables.
Et ben ouais, c'est pas un raccourci, je sais mais c'est pas le but.
Le but ici, c'est de suivre le soleil levant direction plein-est, avec des virages, autour du monde comme on dit.

Départ : 30 septembre 08 ( dans 3 mois ) première étape : Istanbul.
Le moyen : la même connection internet que celle grace à laquelle vous pouvez lire ces lignes.
L'autre moyen : l'avion.

Mais avant même d'entrevoir l'idée de voir Istanbul, il faut traverser le tunnel qui mène à la lumière, c'est à dire démissionner, s'assurer, déménager ses affaires, budgetiser, vacciner, inventorier, acheter, payer ses impots, internationaliser son permis de conduire, entre autres.Le tunnel est donc plutot fastidieux, onéreux et rébarbatif.

C'est en fait tout cela à la fois, jusqu'à ce qu'on lève les yeux et que l'on note que le tunnel est en fait pavé de verre, émanent des senteurs parfumées, et fréquenté par des oiseaux qui font ma vaisselle comme dans Blanche-Neige.

Par magie, la démission tête basse se transforme en baroud d'honneur ( NDLR : marche aussi avec "bras" et "doigt(s)"), version vengeresse du Dieu-Grec-Lanceur-de-Javelot, bûcher de cravates de série.
L'assurance n'est rien de moins que mon gilet pare-balles anti-déconvenues.
Si on ajoute les vaccins (fièvre jaune, typhoide, hépatites A et B, DTpolio, rage), c'est même plus loyal.
J'les attends moi les mecs!
Imagine la tête de la typhoide qui déboule au coin de la rue en face du combo Brice-Assurance-vaccin...
Sûr qu'elle en mène pas large et qu'elle change de trottoir la typhoide, non mais alors!!!
Dans son genre, inventorier peut très vite devenir une partie de plaisir : "crème solaire, écran total, la guerre des lotions, laquelle choisir?" ou "comme destination, je suis plutôt chili con carne ou curry con carne?" ou "quelle taille pour le sac? 60-75 litres? je vais aller boire un coup, moi."
Ca tourne vite à l'émeute mais c'est rigolo.
Les achats sont pour l'instant bien avancés, et même s'ils s'effectuent en euros (durement) gagnés à la sueur de mon front coulant, tous les dilemmes j'ai affrontés en cédant sur tout : ordinateur poids-plume (1kg) capacacité-plume (12Go) et prix-moyen(400E), MP3 capacité dodue (160Go) prix moyen itou(320E).
Le déménagement de mes affaires peut s'avérer plus compliqué mais bon, c'est pas la peine que je partes avec des casseroles, un meuble à tiroirs ou cinq mètres de gazon synthétique. C'est déjà pas envisageable de partir avec cinq caleçons, alors le calcul est vite fait, c'est un peu un mal pour un bien.
Pour les impots, ce genre d'adage fonctionne également.

Reste le plus important et le plus long : la quête d'infos (visa? climat? déplacement? sites? classement des poissons d'eau douce en fonction du rapport poids/puissance? cout de la vie?)
C'est tellement long que je pourrais faire ça jusqu'à être centenaire et sans finalement jamais partir.

De toute façon, il est où le tunnel? J'l'ai pas vu moi, y'a trop de lumière!

C'est l'été à Paris et j'ai mon billet en poche.





Repost 0
Published by simplybrice - dans Avant le départ
commenter cet article